ASEQ-EHAQ

L'Association pour la santé environnementale du Québec / Environmental Health Association of Québec

Sensibilité chimique multiple (MCS)

Article par Rohini Peris et Michel Gaudet :

Plus d’un million de Canadiens ont reçu un diagnostic de sensibilité chimique multiple (MCS). Jusqu’à 75% sont des femmes dont près de 50% sont des personnes âgées (Statistique Canada, 2016).[1] Le nombre de cas diagnostiqués augmente (Statistique Canada, 2015-2016).

Le MCS est un handicap reconnu en vertu de la Loi canadienne sur les droits de la personne.[2] Pourtant, il est probable que de nombreuses personnes n’aient jamais entendu parler de cette condition médicale. Voici quelques faits utiles sur l’état de santé du MCS.

Qu’est-ce que le MCS

La sensibilité chimique multiple (MCS) est une maladie chronique, qui est initiée ou a débutée suite à une exposition à des substances couramment utilisées dans nos espaces de vie. Ces expositions peuvent provenir de produits chimiques contenus dans des produits utilisés dans la vie quotidienne, tels que les parfums, les produits de soins personnels et de nettoyage, les matériaux de rénovation et de construction, les pesticides, les solvants et même les contaminants biologiques tels que les moisissures.[3], [4]

Les expositions qui peuvent initier / démarrer le MCS peuvent être des expositions à long terme ou chroniques de faible niveau à la maison ou sur le lieu de travail, ou même une ou plusieurs expositions importantes.[5] Cela entraîne une sensibilisation de l’individu et une exposition à la substance peut entraîner des symptômes. L’élimination de ces expositions de l’environnement de l’individu résultera en une personne sans symptômes. Cependant, si cela n’est pas fait, des expositions constantes peuvent provoquer un nombre accru de symptômes dans de nombreux systèmes corporels, et peuvent également provoquer chez l’individu des réactions / symptômes plus forts à des doses d’exposition plus faibles et à un nombre accru de produits chimiques non liés.

La vie de l’individu peut devenir très difficile. Imaginez tomber malade à cause des produits chimiques couramment utilisés autour de nous. Il n’y a littéralement aucun endroit où courir, aucun endroit où se cacher!

Si l’individu est conscient d’une sensibilisation et des symptômes qui en résultent, des efforts sont faits pour éviter les expositions et donc les symptômes qui en découlent. À ce stade, il est essentiel de retirer ces produits chimiques (barrières) des espaces de vie et de travail de la personne. Le manque de logement et de soutien entraînera un handicap accru. Pour les personnes qui ne comprennent pas ou ne savent pas ce qui leur est arrivé, découvrir la raison d’un nombre croissant de symptômes peut être une expérience éprouvante.

Les facultés de médecine ne forment pas les futurs médecins à cet état de santé croissant. À moins de connaître l’état de santé du MCS, la personne restera souvent non diagnostiquée et devra souvent passer une batterie de tests de santé, qui montrent souvent que la personne est en bonne santé. Cela expose l’individu à un risque encore plus grand, car il est souvent envoyé en psychiatrie et étiqueté comme souffrant de maladie mentale – alors qu’en fait, le simple fait de nettoyer son environnement serait grandement utile. Cette stigmatisation rend la vie de plus en plus difficile pour la victime et entraîne souvent la perte d’un lieu de travail sain et d’accommodement à domicile pour leur handicap de MCS.

À l’heure actuelle, il n’y a pas de consensus sur un plan de traitement médicamenteux ni de cure pour cette condition médicale. L’évitement de ces substances déclenchantes est la base du maintien de la santé. Cela comprend la vie dans un environnement le moins toxique possible et l’utilisation des produits les moins toxiques, des aliments biologiques, de l’eau propre et de l’air pur.

Les mêmes produits chimiques impliqués dans le réchauffement climatique rendent également les humains malades.

Les personnes en situation de MCS subissent souvent la perte d’emploi, la pauvreté, le manque d’accès aux services essentiels, y compris les soins de santé, l’itinérance, l’isolement et la stigmatisation.

Notre mission est d’éliminer les barrières à l’origine de ce handicap.

Prévention du MCS[6]

Pour savoir comment choisir des produits sains, visitez notre site Web : https://LaVieEcolo.ca

Pour en savoir plus sur les sensibilités chimiques multiples : https://www.aseq-ehaq.ca

Devenez membre : https://aseq-ehaq.ca/passez-a-laction/devenez-membre/

Bénévolat : https://aseq-ehaq.ca/passez-a-laction/benevolat-et-autres-opportunites/

Faire un don : https://aseq-ehaq.ca/faire-un-don/

Rohini Peris et Michel Gaudet


[1] Statistique Canada (2015-2016) Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC), fichier partagé.
[2] Commission Canadienne des droits de la personne. (2019). Politique concernant l’hypersensibilité environnementale. Récupéré de https://www.chrc-ccdp.gc.ca/fra/content/politique-concernant-lhypersensibilite-environnementale-0
[3] https://aseq-ehaq.ca/hypersensibilites-environnementales/souffrez-vous-dhypersensibilites-environnementales/
[4] https://aseq-ehaq.ca/fragrances
[5] https://aseq-ehaq.ca/hypersensibilites-environnementales/que-sont-les-hypersensibilites-environnementales/
[6] https://aseq-ehaq.ca/les-effets-des-expositions-sur-la-sante-humaine/reconnaitre-linvisible-expositions-quotidiennes-et-effets-sur-la-sante/