ASEQ-EHAQ

L'Association pour la santé environnementale du Québec / Environmental Health Association of Québec

Votre voix compte

Une des chanceuses !

Debra Aronson

Quand j’étais petite, je me réveillais le matin en me sentant bien. Je me préparais pour aller à l’école, mais je commençais à me sentir mal lorsque j’entrais dans la cuisine pour prendre mon petit-déjeuner. Chaque matin, ma mère me donnait de la crème de blé avec du sucre blanc et du lait pendant qu’elle lisait le journal et sirotait son café. Au bout de quelques minutes, j’avais la nausée et je me plaignais d’être trop malade pour aller à l’école. Le pédiatre a diagnostiqué une phobie scolaire et m’a envoyé chez un pédopsychiatre. Mais j’adorais l’école et le médecin parlant ne pouvait rien y faire !

En vieillissant, le petit-déjeuner était à la bonne franquette et mes symptômes matinaux se sont améliorés. Je n’ai jamais vraiment eu envie de manger le matin, et ma mère attendait probablement que je sois à l’école pour prendre son café et son journal. J’ai fini par comprendre que certaines odeurs pouvaient me rendre malade. Je devais quitter la pièce quand un journal traînait. Mais je gardais ça pour moi, car on se moquait de moi. En vieillissant, j’ai remarqué que d’autres odeurs me donnaient la nausée, parfois au point de me faire vomir. Mon père portait de l’aftershave, ma mère adorait l’eau de Cologne. Ma grand-mère aspergeait la salle de bains de « désodorisant » – j’essayais de retenir ma respiration si je devais aller chez elle. C’était si dégoûtant ! Les amis et la famille pensaient que j’étais folle ou que j’inventais des symptômes. Le brouillard cérébral était un facteur important qui me causait des problèmes à l’école – manque de concentration et esprit vagabond. Comme je ne savais jamais où nous étions lorsqu’on me demandait de lire ou de répondre à des questions, on m’accusait de rêvasser !

J’avais de nombreuses allergies, un problème médical bien reconnu et traité avec des antihistaminiques et des injections contre les allergies. Mais s’il n’y avait pas de démangeaisons, de gonflements ou d’urticaire, personne ne comprenait pourquoi je disais que d’autres choses pouvaient aussi me rendre malade ! Les sensibilités alimentaires me faisaient aussi me sentir modérément dégoûtante. Modérée, c’est ce qui fait ma chance. Une réaction aux odeurs rend plus difficile la tolérance aux aliments qui ne me dérangent pas toujours.

Certains produits me donnent une réaction pire que d’autres. Les produits de lessive et d’entretien ménager, les produits pour le bain et les cheveux, les savons et les parfums me dérangent vraiment.

Je me souviens qu’il y a quelques années, j’ai emmené ma mère à un rendez-vous dans un grand centre anticancéreux de Toronto. Les médecins étaient en retard et la salle d’attente était bondée de monde. Il y avait une épaisse confluence de parfums dans cette pièce et j’ai été prise de somnolence, de nausées et de ballonnements.

Je me rends compte que j’ai de la chance. Lorsque je me trouve dans ces situations, si je peux m’éloigner des coupables, faire une marche rapide ou remplacer l’odeur qui est dans ma mémoire olfactive par une odeur que je peux tolérer, alors les symptômes disparaissent rapidement.

Je me rends compte de la chance que j’ai de me remettre assez rapidement de ces épisodes et je compatis vraiment avec mes collègues atteints de MCS dont les symptômes sont pires, plus fréquents et persistent plus longtemps.